Le CCCU, le Community Comedy Cinematic Universe. - Deuxième
La plateforme vidéo d'Apple
La plateforme vidéo d'Apple
15463
post-template-default,single,single-post,postid-15463,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
Un deuxième regard sur le cinéma

Le CCCU, le Community Comedy Cinematic Universe.

A l’occasion de la sortie du film Made in China, nous avons rencontré Marcel Canigou, le mystérieux producteur qui se cache derrière toutes les comédies communautaires, qui, font en fait partie d’un seul et même plan : le CCCU, le Community Comedy Cinematic Universe. En exclusivité chez Deuxième, nous vous dévoilons les ficelles de l’une des plus lucrative saga française. 

 

A l’instar de Kevin Feige avec le MCU, le Marvel Cinematic Universe, nous avons aussi en France un grand manitou de la production, l’inconnu Marcel Canigou. C’est dans l’ombre qu’il développe des comédies bien rodées, surfant toutes sur la mode “communautaire”.

 

En France, il y a d’abord eu la saga La vérité si je mens !, débutée en 1997 avec un énorme carton surprise au box office. Mais c’est surtout le record de Bienvenue chez les Ch’tis qui va donner des envies à Marcel Canigou.

 

Il enclenche alors la phase I avec Il reste du jambon ? en 2010 sans trop de succès. Il s’associe dès lors avec Dany Boon pour Rien à déclarer. Gros carton et plus rien ne va l’arrêter. Il y aura ensuite La cage dorée, un jolie film sur la communauté portugaise. Même si le succès public et critique et au rendez-vous, il enclenche rapidement la phase II avec une ligne éditoriale plus…légère.

 

Et là c’est l’envolée ! Le téléfilm Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu emplit les salles. S’enchaînent alors A bras ouvert, Débarquement immédiat, La Ch’tite famille, Il a déjà tes yeux, Qu’est-ce qu’on a en encore fait au bon dieu ? et enfin Made in China.

 

Dans le CCCU, on revois toujours les mêmes acteurs et mêmes réalisateurs pour que le spectateur retrouve ses marques. Mais c’est surtout la recette du scénario qui est imparable. Il expose des clichés sans trop prendre la peine de les briser par la suite. On montre des personnages que, au départ, tout oppose pour finalement les réunir à base de morale à faire pâlir Nicolas des Mystères de l’amour.

 

La phase III arrive bientôt avec La vérité si je mens ! Les débuts, préquel du premier. Comme quoi, Marcel Canigou n’a pas que la suite dans les idées !

RETROUVEZ TOUS LES ARTICLES