Alien: Convenant - Le film devait durer 7h35 - Deuxième
Alien Convenant - le film devait durer 7h35
Alien Convenant - le film devait durer 7h35
15344
post-template-default,single,single-post,postid-15344,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
Un deuxième regard sur le cinéma

Alien: Convenant – Le film devait durer 7h35

Nous avons rencontré Jason Brickman, qui aurait signé la première version du script d’Alien Convenant. L’auteur explique qu’il s’agissait d’une version de travail et que la durée de l’adaptation était initialement estimé à 7h35 ! Pour aboutir à un format exploitable, il nous confie que l’équipe en charge de la réécriture a seulement fait des coupes, d’où la multitude d’incohérences scénaristiques​.

Pour Deuxième, Jason Brickman nous décrit les principales scènes coupées.

[Attention spoilers]

– « J’avais décrit de nombreuses scènes dans le vaisseau avant que l’équipage parte pour ce grand voyage. Les scènes présentaient les personnages, les relations entre eux et la description des couples ». On comprend alors que James Franco devait avoir un vrai rôle et non une simple apparition extraite de ses dernières vacances. On se doute aussi qu’on aurait pu mieux découvrir les membres de l’équipage, les 3 couples dont le couple gay que l’on découvre maladroitement​ au milieu du film. Ce qui aurait peut-être pu nous permettre d’avoir de l’empathie pour eux et d’éprouver un minimum de peine lors de la disparition de l’un d’entre eux.

– « La scène de l’arrivée dans le temple était beaucoup plus longue. Il est évident que les personnages posent de nombreuses questions au cyborg David comme : Quelle est cette citadelle ? Qui sont les géants ? Pourquoi tous ces cadavres carbonisés ? Dans le film final, personne ne pose de questions et les personnages préfèrent se séparer pour se faire tranquillement trucider par la bête.”

– « Il y avait aussi davantage de scènes avec le commandant qui justifiaient le fait qu’il suit aveuglément David jusqu’aux œufs. Dans le film, on croit juste que c’est un abruti fini. » Pas faux.

– “Le flashback de David pour son arrivée sur la planète était plus étoffé. Là, ils ont tout résumé en quelques secondes et rien n’est crédible. Mais je peux rien dire, j’espère qu’il mettront ces éléments là dans les suites. » On espère aussi.

– David expliquait mieux sa démarche de la création de l’alien tel qu’on le connaît. Dans la version cinéma, on voit qu’il considère avoir créé une forme de vie parfaite alors qu’il est évident que le virus initial est bien plus efficace : il se transmet plus vite, il n’a pas besoin d’œuf ou d’hôte pour se reproduire…

– “Ils ont également enlevé une grosse partie du scénario. Il se passe davantage de choses quand ils retournent au vaisseau. Ce sont des scènes qui épaississaient le personnage de Daniels, quasi transparente dans le film. Du coup, je trouve très surprenant de la retrouver en train de cuisiner avec le sourire alors qu’elle vient de perdre son compagnon et la plupart de ses amis. Et que dire de la scène sous la douche ! Là aussi, ce n’est pas crédible de retrouver le couple en plein jeu érotique après ce qu’ils ont vécu. Et puis j’avais écrit un dialogue qui se moquait des clichés hollywoodiens au sujet de la musique. Rendez-vous compte, le seul black de l’équipe écoute de la soul musique en 2100 ! Pour moi c’était une sorte de critique des clichés raciaux ! Sans mon dialogue, c’en est vraiment un !

– “A la fin, la tension mise en place pour savoir lequel des deux cyborgs a gagné était plus subtile. Et surtout, ce qui me chagrine c’est qu’ils ont rajouté le fait qu’elle poignarde David Cyborg au menton, et dans la scène finale, il n’a pourtant pas de cicatrice… Tout pour nous faire croire que c’est Walter mais dans ce cas précis, c’est juste incohérent.” Bien vu.

Au vu de ce témoignage, on comprend mieux les énormes failles du film. Ridley Scott qui est capable de signer des œuvres majeures, prouve avec ce film que la création, à l’image du propos développé dans celui-ci, ne donne pas toujours de bons résultats, même avec une très bonne matière au départ.

RETROUVEZ TOUS LES ARTICLES